Dans une petite ville, un vieux manoir hanté où cohabitent des souris pas comme les autres et des orphelins curieux et espiègles.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Une souris bien courageuse ! ( RP privé : Pluie et Galfarionm )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Galfarionm

avatar
Modou Groupe
La nuit était déjà tombée depuis bien longtemps.
J’étais allongé sur le corps de Sébastian, il me tenait chaud, je lui tenais chaud, on était quittes !
J’étais donc en train de dormir paisiblement lorsqu’il remua un peu violement dans son sommeil…
Il m’avait réveillé, c’était bien ma veine…
Me levant sur mes quatre pattes de félin, je m’étirai d’un coup.
Lorsque j’entendis soudainement un bruit… C’était plus un grattement, comme si de petites dents ou de petites griffes grattaient le mur en face de moi…
Sautant du lit et atterrissant avec grâce et délicatesse sur le plancher, je m’approchai de l’endroit où les sonorités provenaient.
Je m’arrêtais devant un meuble. De plusieurs coups de pattes bien précis, je réussis à ouvrir celui-ci.
Mais rien…
Puis, je grimpai sur le haut de de la commode ( oui parce que le meuble était une commode ), et toujours rien, de plus, pour ne rien arranger, les sons s’étaient arrêtés.
J’abandonnais ma recherche lorsqu’au même moment où je descendis de mon perchoir, je vis comme un ombre fuir sous le meuble.
D’un regard furtif sous celui-ci… Je vis… Un trou de souris ! Sûrement habité selon moi.
Alors comme çà, j’avais une colocataire…
J’allais me cacher dans un endroit sombre de la pièce juste après ma découverte.
Tapis dans l’obscurité, j’attendis ma proie…

Voir le profil de l'utilisateur

Pluie

avatar
Modou Groupe
Je commençais enfin à m'habituer à la présence perpétuelle et indésirable des bipèdes. Ayant compris que très peu d'entre eux restaient éveillés une fois le nuit bien installée, je prenais l'habitude d'en profiter pour les espionner et reprendre mes aises dans notre manoir.
Cette nuit là je décidais de parcourir le second étage, celui juste au dessus du mien. C'est là bas que dormait tous les humains, et les autres souris n'aimaient pas trop s'en approcher de peur d'en croiser. Mais moi j'adorais y aller, parce que le danger m'amusait, et qu'en fin de compte je m'étais aperçu qu'il était très rare qu'un humain se réveille. En fait j'avais l'impression d'être au bon vieux temps, où nous pouvions encore errer dans toutes les pièces sans aucun risque. Enfin presque. Car je ne pouvais pas non plus me balader sereinement dans les couloirs, par exemple. C'est pourquoi nous avions des galeries secrètes pour nous déplacer incognito à travers le bâtiment.


C'est en empruntant l'une de ces galeries que j'arrivais dans un chambre choisie au hasard (C'était tout simplement la huitième sortie, car huit était le chiffre du jour). Le passage débouchait sous un meuble : Lieu stratégique à la fois difficile à voir et où presque personne ne pouvait nous suivre. Lentement je m'approchais du bord, vérifiant qu'aucun bipède n'était encore debout. Une fois rassurée je me mis à déambuler au hasard dans le pièce, déplaçant ici et là quelques affaires en quête de nourriture ou d'un objet plaisant que je pourrais chiper pour rendre mon nid plus confortable ou plus joli. Je jetais cette fois mon dévolu sur une chaussette. Elle ne puait pas, contrairement à d'autres, et j'aimais bien la sensation procurée lorsque je me frottais contre elle. Petit problème, elle était en partie coincée dans un des tiroirs, que je fus obligée de me mettre à ronger et pousser pour essayer d'obtenir mon précieux item.


Hélas, un bruit inhabituel me fit m’arrêter, et je restais quelques instants en alerte, avant de réaliser que quelque chose dans la pièce clochait. Je n'étais pas seule. Ou plus précisément, l'humain et moi n'étions pas seuls. Je me retournais d'un bond, faisant face à la pièce, cherchant où et qui était l'intrus. En l'apercevant je me demandais comment j'avais pu rater un truc pareil. Un chat, bon sang, un chat ! Maintenant que je le savais, j'avais l'impression que la pièce entière puait le chat. Sans plus attendre, je filais me cacher en réalisant que le monstre risquait fort de me repérer.
En effet, il s'approcha, ouvrit le tiroir qui retenait prisonnière la chaussette désirée, puis grimpa sur le meuble. Il y resta statique quelques instants. Je songeais que c'était ma chance de m'échapper et me précipitais vers l'issue de secours, sous le meule où trônait le monstre. Malheureusement j'avais très mal choisi le moment, car ce fut à l'instant même où il bondit au sol, aussi n'eut-il aucun mal à m'apercevoir tandis que je m'enfuyais.
Toutefois il ne s'approcha pas du trou ni même du meuble, il se contenta d'aller s'installer plus loin et de fixer dans ma direction. Qu'est-ce qu'il espérait, lui ? Que j'allais sortir, me camper devant lui et lui faire coucou ? Il pouvait se mettre la griffe dans l'oeil.
Au lieu de cela, une autre idée me vint en tête. J’eus envie de lui jouer quelques tours, et d'en profiter pour ensuite récupérer la chaussette maintenant libérée du tiroir.

En suivant les galeries, je fis le tour de la chambre et sorti par un autre trou, qui se trouvait cette fois-ci près du chat, mais derrière.
Aussi discrètement que possible je m'approchais de lui, le fixant quelques secondes avec une impression de toute puissance. J'hésitais : Attendre qu'il se rende compte, ou bien le taquiner tout de suite ?
Je me dis que je n'aurais jamais assez de patiente pour attendre que cet idiot de chat s'aperçoive de ma présence. Alors en me retenant de rire, je bondis sur la queue du matou, en mordis sèchement le bout puis me repliais rapidement vers la galerie, où je m'enfonçais juste assez loin pour qu'il ne puisse pas m'atteindre, tout en restant assez prêt pour lui faire croire qu'il pourrait y parvenir.

Voir le profil de l'utilisateur

Galfarionm

avatar
Modou Groupe
J’attendais, j’attendais, mais pourquoi cette souris ne venait-elle pas ?
J’en avais assez, je ne voulais pas rester cacher dans l’ombre trop longtemps de peur de m’endormir et de me réveiller entouré d’énormément de pièges que ma nourriture m’aurait tendue !
Je commençai alors à me lever mais avant même que je ne puisse faire quoi que ce soit, je sentis un léger chatouillement sur ma queue.
Je tournais lentement ma tête en arrière lorsque les chatouillements devinrent une terrible douleur !
Je bondis sur place, miaulant d’un miaulement de chat en terrible souffrance !
Je regardais une bonne fois pour toute derrière moi et à ma grande stupéfaction je vis un deuxième trou de souris !
Quand même ! Deux trous de souris dans la même chambre !
J’essayais de mettre un coup de patte toutes griffes dehors dans le trou mais en vain.
La souris, je la voyais de mes propres yeux, elle venait de me jouer plusieurs tours à la fois, j'étais vert de honte, et vert de rage.
D’abord, elle m’avait dupé et m’avait donc mordu la queue qui maintenant saignait un tout petit peu.
Et là, elle reste exprès dans ma vue mais de façon à ce que je ne puisse l’embrochée de mes griffes ! Elle se jouait vraiment de moi !
Cette fois-ci j’en avais assez, je sortis de la vue de la souris qui restait coincée dans son trou noir et obscur.
Puis, toujours hors de sa vue pour qu’elle ne puisse voir ce que je faisais, je pris quelques pièges à souris encore inutilisés dans l’armoire de Sébastian…
Et oui, comme je vous l’avais déjà dit, je suis un chat très rusé !
Donc tout en faisant très attention, je disposai quatre pièges à l’entrée des deux et uniques trous de la chambre, car oui, j’avais pris le soin de vérifier si d’autres trous étaient dissimulés dans les murs de la pièce.
Je mis ainsi, deux pièges par trous, puis, je m’installai paisiblement sur le lit à côté de Seb qui dormait toujours.
Si la garce de souris voulait venir, il faudrait qu’elle passe par les trous, mais ça c’est impossible grâce à mes pièges !
Une fois couché sur le lit, j’attendis de nouveau, un œil sur un trou, l’autre œil fixant l’autre entrée de souris.

Voir le profil de l'utilisateur

Pluie

avatar
Modou Groupe
Le chat tomba tout d'abord dans le panneau : Il essaya en vain de m'attraper, ce qui m'amusa follement. Puis, ô déception, il sembla se lasser. Il disparu de mon champs de vision, et je cru tout d'baord qu'il me tendait un piège : C'était classique, faire semblant de se retirer pour ressurgir au moment où l'on s'approche, trop curieux. Mais ma première idée fut contredite lorsque j'entendis des bruits autant inquiétants qu'étranges. Lorsque, rongée par la curiosité, je m'approchais enfin, ce fut pour constater avec effarement qu'on avait posé des pièges devant le trou. En regardant au loin, j'en aperçu d'autres devant l'autre entrée ! Pourtant l'humain n'avait pas bougé... Devais-je en déduire que c'était le chat qui les avait placés là ?? Improbable. Aucun chat ne pouvait avoir une idée pareille... Et encore moins l'accomplir... Sans se pincer... Quoique. Je n'étais pas experte après tout : On en voyait très peu par ici, des chats, et ceux qui venaient, on les chassait bien vite sans prendre le temps de leur faire passer un test de QI. Pourtant, on m'avait toujours dit qu'ils n'étaient pas très futés, et je l'avais pris comme argent comptant, mais celui-ci... Peut-être avait-il gouté à nos baies ? Ca aurait pu le rendre intelligent, comme nous ! Si c'était ça, j'étais mal barrée !
Histoire d'en avoir le cœur net (et aussi parce que j'avais terriblement envie de le tourner en bourrique), je décidais de m'introduire à nouveau dans la chambre. Je m'enfonçais dans les galeries et sortit par un trou qui débouchait dans le couloir. De là, je n'eus qu'à courir vers la chambre d'où je venais, et j'y rentrais par la voie la plus évidente : La porte. Je me faufilais tout simplement dessous, puis m'assis devant en fixant le chat d'un air moqueur. Il semblait accaparé par les trous... Vides, à présent. Qu'il était bête. Je grimpais habilement sur le bureau où trainait quelques feuilles et des stylos, puis poussait un petit cri amusé mais pas trop perçant, juste assez pour attirer l'attention du félin sans réveiller l'humain.


_________________
Je suis la soeur de Frimousse →◙←
Voir le profil de l'utilisateur

Galfarionm

avatar
Modou Groupe
Patienter, toujours patienter, décidément cette souris n’était pas amusante du tout !
Elle me donnait ainsi encore plus envie d’en finir, enfin, si je réussissais déjà à l’attraper.
Toujours fixant les trous, j’entendis la porte d’entrée grincer…
Je regardai alors du côté de celle-ci, je la vis entre-ouverte.
Je pensais que c’était encore un orphelin qui sortait la nuit par la fenêtre de sa chambre provoquant ainsi quelques courants d’air.
Donc, refixant les trous toujours normaux j’attendis de nouveau.
Et là, j’entendis un bruit qui me perçait les oreilles, en tout cas, seulement les miennes, mon maître lui ne se réveillait pas…
Souffrant de ce bruit je regardais partout dans la pièce jusqu’à détourner mon attention sur le meuble de tout à l’heure…
La souris !!
Elle se tenait là ! Devant moi !
C’est sûrement elle qui avait ouvert la porte ! Qui avait même crié de façon à attirer mon attention ici !
Là, je venais tout juste de prendre ma décision, la décision de la nuit…
D’un bond gigantesque j’atteignis la commode sautant ainsi sur la souris… Mais celle-ci n’était pas dupe à ce point…
Elle sauta au même moment sur le sol.
Une fois sur le meuble, essayant de freiner mon élan, je fis tomber photos, cahiers, livres et même un vase au sol !
D’ailleurs celui-ci se fracassa juste à côté de ma proie qui s’échappa…
Oh non d’un chat !!
Elle venait de s’engouffrer dans les draps du lit de Sébastian !
Alors là, ça n’allait pas se passer comme cela !
Je sautai à mon tour sur la couche de Seb, puis j’allai sous les couvertures de celui-ci…
Mais où était donc la souris ?
Je ne sais pas… Elle avait tout juste… Disparue !
Sortant du lit, je la vis qui se tenait devant les pièges à souris…
Non… Quand même pas !
Elle venait de trouver une cuillère à soupe ! Et… Et… Et elle l’avait mis juste en dessous d’un des pièges !
D’un simple coup de patte, elle appuya sur la partie haute de la cuillère qui fit un effet catapulte avec le piège qui gicla droit sur moi !
J’esquivai rapidement mais… Aïe !!
Le piège atterrit sur la jambe de Seb qui se leva en hurlant de douleur !
Me cachant rapidement sous le lit, je regardais la souris, elle venait de s’enfuir par le trou qu’elle venait comme dirait-on de… Déminer !

-Mais qu’est-ce que c’est que ce foutoir ?! Hurla Seb qui me trouva rapidement et qui me sortis de ma cachette par la peau du cou…


Hors RP : Pluie, Aujourd’hui pour moi s’était vraiment faire un RP court, donc là pour moi c’est fini mais si tu as envie de faire une fin juste après c’est ton droit ! ^^

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum